nos revendications

Qu’est-ce qu’on veut?

A Bonn, faisons entendre notre voix. Six revendications concrètes seront présentées aux politiciens belges au nom des voyageurs. Si celles-ci vous tiennent aussi à coeur, bienvenue au Climate Express!

1

Changement de voie

Nous avons besoin d’un changement de voie. Vers une économie où non le profit, mais l’homme et l’environnement sont au centre des intérêts. Vers une démocratie qui va au-delà du vote aux élections tous les 5 ans. Nous voulons une démocratie participative, faite pour et par les citoyens. Une société dans laquelle tout le monde décide de la voie que nous allons emprunter et dans laquelle nos besoins fondamentaux comme l’eau, l’énergie et la mobilité sont aux mains de la communauté. Une société équitable dans laquelle la solidarité dominent pour les générations actuelles et futures, ainsi que le respect pour les limites écologiques de notre planète.

 

4

Tout le monde embarqué

L’inégalité est un fil rouge à travers l’histoire climatique. Partout dans le monde, les plus grandes victimes du changement climatique sont et seront les gens en bas de l'échelle sociale, bien qu’ils en soient les moins responsables. En période de catastrophes et adversités, racismes et discriminations pointent aussi leurs le bouts du leur nez. Le combat pour la durabilité est donc aussi une lutte pour une société chaleureuse et solidaire. Les travailleurs de l’industrie fossile et nucléaire ne peuvent pas être les laissés-pour-compte dans la transition indispensable. Nous souhaitons que les politiques s’engagent contre toute forme de racisme et de discrimination. Ils doivent miser sur une transition juste, avec l’accent sur le dialogue social, et le travail décent. Cela implique des formations pour les travailleurs, le respect pour les droits humains et une protection sociale forte.

 

2

Plan climatique ambitieux

Les belles promesses de l’Accord de Paris doivent urgemment être transposées en actions. Nos politiques doivent prendre leurs responsabilités et donc se charger de définir et d’implémenter un Plan National intégré Energie-Climat 2030 ambitieux et juste. Ce Plan doit comporter des objectifs clairs et mesurables pour 2030 et 2050, qui nous mettent sur une trajectoire d’une société qui absorbe plus de carbone que ce qu’elle en émet dans l’atmosphère. Ces diminutions doivent être réalisées par des investissements et des projets dans notre propre pays et non pas par des systèmes dits d’échappatoires tels que l’achat d’air propre dans le Sud. Une politique cohérente implique que les mesures concernant l’énergie, les commerce international, le logement, l’agriculture et l’aménagement du territoire, l’alimentation, et la mobilité contribue à notre ambition climatique.

 

5

Solidarité Internationale

Ce sont les gens du Sud qui sont le plus vulnérables aux conséquences du réchauffement de la terre, alors qu’ils en sont le moins responsables. Eux aussi ont le droit au développement durable. Nous appelons nos politiques à honorer leurs promesses pour le financement climatique international et même à les revoir à la hausse. Pour atteindre la part équitable qui revient à la Belgique, ils doivent prévoir une feuille de route croissante pour atteindre 500 millions d’euros annuels d’ici 2020 en faisant notamment appel aux sources innovantes de financement (par ex.: taxe sur la transaction financière; réallocation des subsides aux énergies fossiles...). La solidarité internationale signifie également mettre en oeuvre une politique d’asile humaine pour offrir un accueil digne aux réfugiés  climatiques.

 

3

Power to the People

En 2050 notre énergie doit être 100% renouvelable et notre économie 100% circulaire. Les choix que nous faisons aujourd’hui déterminent notre futur. Investir dans les énergies fossiles, c’est une logique économique du passé. Laissons les carburants fossiles dans le sol et accordons aux réacteurs fissurés un repos bien mérité. L’avenir, c’est le renouvelable, et il commence aujourd’hui! Nous devons mettre en place un système démocratique, où l’énergie est renouvelable avec une utilisation et gestion communautaire, efficace, décentralisée, et démocratique.

 

6

Passer à la vitesse supérieure

Nous attendons de la délégation belge qu’elle joue un rôle important, aux avant-postes de la politique climatique de l’Union européenne afin de passer à la vitesse supérieure dans les négociations climatiques internationales. Nos politiques doivent choisir la position des pays les plus vulnérables, qui demandent une limitation du réchauffement climatique bien en-dessous de 1,5°C. Un accord international fort signifie aussi un accord climatique contraignant avec des mécanismes de sanctions. En plus, des critères climatiques et de durabilité doivent être établis dans les négociations concernant les traités commerciaux internationaux. En conclusion, nous nous posons de sérieuses questions à la présence prédominante des différentes multinationales aux sommets climatiques. Nous appelons donc nos leaders politiques à choisir des partenaires crédibles pour les négociations climatiques.