Dutch flag speech bubble
logo-climate-express

Home   |   Qui nous-sommes?   |   Histoire   |   Actions   |   Media   |   Calendrier   |   Partenariats   |   Contact

Climate Express : plus de 10 ans d’actions pour le climat

by Marc Alexander.

2009 : En train à Copenhague

5 décembre 2009. Depuis le quai 3 de Bruxelles-Midi,un train rempli d'activistes de tous bords part pour Copenhague. Un groupe très motivé et plein d'espoir, déterminé à faire pression lors du 15e sommet sur le climat : nous voulons qu'une politique climatique socialement juste soit enfin mise en œuvre. Outre les activistes écologiques, dans le train se trouvent également des scientifiques et des politiciens. Le train comme moyen de transport a été un choix conscient, pendant le voyage une véritable conférence est même organisée sur la « mobilité durable ». Le voyage et l’ensemble de la mobilisation se déroulent bien et sont considérés comme un succès, mais le sommet climatique lui-même est considéré un « flop climatique ». Résultat : profonde déception et beaucoup de découragement. Cela se ressent aussi clairement au sein de Climat et Justice Sociale, l’initiateur du train. La situation reste silencieuse sur le front de l’action climatique pendant plusieurs années. Jusqu'en 2013….

2013 : Direction Varsovie

Un groupe de jeunes, principalement des étudiants gantois, se présentent auprès de Climat et Justice Sociale. Les discussions sur une nouvelle initiative s’intensifient. Jusqu’à ce que les jeunes décident de prendre eux-mêmes les devants. "Faites-le, ne discutez pas!" Le train pour Varsovie était né. Le 15/11/2013 à 14 heures, il sera annoncé de manière appropriée sur le tableau des départs à Bruxelles-Midi sous le nom de « Climat Express » qui devriendra le nom de l’organisation. Après un long voyage de 40 heures, nous arrivons à Varsovie, la capitale polonaise. C'est là qu'aura lieu le 19e sommet sur le climat, COP19 en abrégé. Une fois de plus, les wagons sont remplis d’organisations diverses, unies autour d’une revendication centrale : une politique climatique rapide, approfondie et socialement juste.

2014 : Avec 10 000 à Paris!

2014 sera une année de réflexion. Séances de brainstorming. Plans délibérés. Et oui, cela crée un plan très ambitieux : Mobiliser 10 000 personnes pour Paris, pour le 21ième sommet crucial sur le climat en décembre 2015. Nous voulons « prendre d'assaut » Paris de manières très diverses et nous optons pour la mobilité la plus verte possible. Le plan de bataille : déployer trois trains, 100 bus, une caravane à vélos, et toutes sortes d'autres moyens créatifs ou fous pour y arriver. La mobilisation avance au rythme d'une horloge... Jusqu'à ce que les attentats de Paris mettent des bâtons dans les roues.

2015 : L’accord de Paris sur le climat 

Paris devient une ville occupée, avec couvre-feux et interdictions de rassemblement. Le tour à vélo se poursuit dans des conditions hivernales rigoureuses avec notamment l'ancien coureur cycliste professionnel Johan Museeuw et six autres cyclistes, mais les trains et les bus sont contraints d'être annulés. Des mois de préparation sont jetés à la poubelle et on bascule rapidement vers le « plan B » : trois week-ends d’action pendant le sommet climatique. Durant le premier week-end, des manifestations improvisées et d'autres actions de protestation auront lieu dans de nombreux endroits en Belgique, avec plusieurs milliers de participants comme une chaine humaine de près d'un kilométre rassemble 4000 personnes à Bruxelles. Le deuxième week-end aura lieu la plus grande manifestation pour le climat jamais organisée, à Ostende, avec 14 000 manifestants. Un grand ruban rouge sur la plage représente la montée du niveau de la mer, et en même temps la volonté de ne pas se laisser noyer. Au cours du dernier week-end, plusieurs bus belges de membres de Climate Express partiront pour Paris : des actions de désobéissance civile non violentes sont organisées comme une manifestation de chaussures à Paris. Finalement, il y a une importante manifestation à Paris, avec 15 000 militants venus du monde entier. Le lendemain, Climate Express organise une manifestation devant l'ambassade belge à Paris, au grand énervement de la gendarmerie parisienne.

A la veille de cette manifestation, les 195 pays de la COP21 parviendront à un accord sur le climat en 2015. L’Accord de Paris est né. Beaucoup le vivent comme un grand soulagement. Mais il y a aussi de séries critiques de la part de Climate Express et d’autres mais également l'écriture et la signature d'une carte blanche par plusieurs associations qui luttent pour une meilleure politique climatique. Il s’agit essentiellement d’un compromis politique, insuffisamment fondé sur la science climatique. Les ambitions sont tout simplement insuffisantes, tant en termes de contenu que de calendrier. De plus, il s’agit d’un accord édenté, sans mécanismes de sanction. Trop de choses reposent sur le volontariat. Et la justice sociale entre et au sein des pays est, si possible, encore moins incluse dans le texte. Pour nous, une politique climatique rapide dépend d’une redistribution juste et fondamentale des ressources financières.

2016 : Climate Express mène la résistance

Climate Express conclut donc que des actions massives pour une politique climatique robuste et juste restent plus que jamais nécessaires. C’est pourquoi Climate Express organise des actions de masse presque chaque année dans les années qui suivent cet Accord de Paris, en collaboration avec la Coalition Climat comme à Bruxelles pour la COP 22 au Maroc en novembre 2016. Elle développe à la fois sa propre vision, sa mission et ses exigences, adaptées à son évaluation de l’insuffisance de l’Accord de Paris. En 2016, une action limitée est lancée pour remédier aux failles de la politique climatique flamande. Et à partir de 2017, de grandes promotions auront lieu chaque année comme aller manifester devant l'ambassade des USA pour s'opposer au retrait des USA de l'Accord de Paris ou encore distribuer des faux tickets de trains à Bruxelles avec d'autres associations pour s'opposer à la politique du rail du gouvernement Michel. Un tour à vélo réussi avec 350 participants à l'automne 2017 nous amène à Bonn, où nous nous joignons à une grande manifestation internationale. Et le point culminant absolu viendra en 2018, lorsqu’une marche massive, le 2 décembre 2018, rassemblera près de 100 000 personnes à Bruxelles. 

2019 : Des manifestations massives de jeunes diversifient la lutte climatique

La grève climatique initialement individuelle de Greta Thunberg mobilise les jeunes du monde entier pour le climat. En Belgique, les grèves et manifestations étudiantes se multiplient rapidement. Youth4Climate, un groupe de jeunes militants pour le climat apparaît. De plus, de nouveaux groupes d’action émergent ou se développent, tels que Extinction Rebellion, Rise4Climate, Students4Climate, Teachers4Climate, etc. Le printemps 2019 verra une série de petites et de grandes actions. À l’automne 2019, au moment de la COP25 à Madrid, Climate Express organisera une chaîne humaine autour de la politique climatique bruxelloise avec la Coalition Climat à Bruxelles alors qu'au même moment à Liège, 1200 personnes se sont également rassemblées pour sensibiliser les autorités communales pour une meilleure politique climatique dans la région liégoise. C'est également avec la Coalition Climat, que nous irons rencontrer le Premier Ministre avec des mesures concrètes pour une meilleure politique climatique. 

Notre mouvement sera-t-il récupéré ?

Entretemps arrivent aussi des resquilleurs. Un anti-réflexe surgit, notamment du coin conservateur et (extrême) droite. Alors que la politique climatique des partis traditionnels laisse parfois de côté les personnes à faibles revenus, des populistes vulgaires tentent de gagner des voix en montant ces groupes contre des « mesures climatiques beaucoup trop coûteuses et inutiles ». Certains lobbies industriels essayent de profiter du mouvement climatique en se déguisant en loups en peau de mouton climatique pour sauvegarder leurs intérêts. Deux exemples importants sont le lobby des gaz fossiles (qui s’offrent eux-mêmes le label de greenwashing du « gaz  naturel ») et, si possible, de manière encore plus agressive : le lobby nucléaire économique et militaire. Tous les deux tentent de récupérer et de faire dérailler la politique climatique grâce à une propagande très trompeuse.

2020 : Corona met des bâtons dans les roues

Et puis vient Corona : 2020 sera une année extrêmement difficile, à tous les niveaux. Également pour le mouvement climatique, qui reste privé de ses moyens d’action familiers. Climate Express ne fait pas exception. Il sera pénible de trouver pendant le confinement comment des actions sont possibles. On n’arrive pas beaucoup plus loin qu'une action symbolique très modeste et originale avec les cairns. Mais ça se termine en fiasco : le Covid semble paralyser tout et chacun. Nous ne réussissons pas surpasser la participation à des actions symboliques.

Ride The Tide 2021 & 2022

Entre-temps, à quelques exceptions près, l’ensemble de l’équipe a été presque entièrement renouvelée. Il semble y avoir quelques ouvertures en 2021, rendant à nouveau possible une campagne prudente. À partir de là, nous discuterons quelle action nous envisageons. Le paysage des organisations pour le climat ayant radicalement changé depuis l’automne 2018, nous avons décidé de ne plus organiser de grandes marches pour le climat. Notre organisation est devenue trop petite pour cela. Nous décidons de nous concentrer sur ce qui fait notre force, à savoir l’organisation d’un voyage à vélo pour le climat. L’idée d’organiser un tour à vélo climatique le long de la future ligne des marées est née. Avec une équipe plus restreinte mais enthousiaste, nous organisons une tournée qui part de Poperinge, près de la frontière franco-belge, en octobre 2021 et se termine à Anvers. Le dernier jour, nous rejoignons la marche pour le climat à Bruxelles. Une deuxième édition suivra en 2022 avec une équipe encore plus restreinte. Pourtant, le concept est contagieux, car après le tour de 2022, le nombre de bénévoles doublera afin d'organiser le RTT 2023. 

RTT 3.0 : Un coup de pouce 

Le troisième Ride The Tide, RTT en abrégé, en octobre 2023, sera le plus nombreux et le plus réussi. Nous repartons à la frontière franco-belge, où plus de 700 élèves, des dizaines de citoyens, les autorités locales et un petit orchestre animent l'événement de départ sur la grande place de Poperinge. En chemin, nous rencontrons des élèves, des autorités locales et d’autres organisations de la société civile. Pas moins de trois chaînes de télé régionales nous suivent de la Flandre occidentale à Anvers en passant par la Flandre orientale. Nous arrivons une fois de plus à Anvers le 8 octobre sous un soleil d'automne merveilleux, mais en même temps inquiétant pour un grand évènement de cloture avec musique, experte climatique et speech. Un vent en poupe léger et 25° ont signifié un temps cycliste très agréable en octobre, mais en même temps cela souligne la raison pour laquelle nous menons cette campagne.